Il suf­fit d’évo­quer les nom­breux croi­se­ments de fichier déjà amor­cés. Savez-vous par exem­ple:

  • qu’une assis­tante sociale ne peut plus aider une famille dans le besoin sans la ficher ?
  • Qu’un maire, dans le cadre de la loi dite de « pré­ven­tion de la délin­quance », a tout pou­voir pour ficher sa popu­la­tion ? Lui trans­met­tre les cas d’absen­téisme n’a plus pour but d’aider une famille à mieux per­ce­voir l’inté­rêt d’une fré­quen­ta­tion sco­laire régu­lière (pré­ven­tion), mais de ficher et de faire reti­rer les allocs (répres­sion).

Entre paren­thè­ses, si vous vous con­ten­tez de signa­ler les cas d’absen­téisme à l’IA [2], celle-ci est tenue de trans­met­tre au maire…Il suf­fit de faire ren­trer par la fenê­tre ce qu’on a fait sor­tir par la porte. Les don­nées reti­rées de Base-Élè­ves réap­pa­rais­sent trop dis­crè­te­ment : livret élec­tro­ni­que, fichier des élè­ves en dif­fi­culté… [3,http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2009/05/04/livret-scolaire-numerique/ ].
Le maillon man­quant du fichage géné­ra­lisé, c’était les éco­les : c’est chose – pres­que – faite. Pres­que, car nous ne vou­lons pas deve­nir des agents de fichage et nous ne vou­lons pas de déter­mi­nisme imposé à nos élè­ves.

Mais Base-Élè­ves répond encore à bien d’autres objec­tifs

Un mar­ché de la sécu­rité se déve­loppe. Pen­sons à l’appel d’offre pour les clés OTP [4], au coût supé­rieur à 3 mil­lions d’euros. Pen­sons à celui de la sur­veillance de l’opi­nion des ensei­gnants, pour la pre­mière fois con­fiée non plus aux RG mais à une entre­prise pri­vée. Pen­sons au mar­ché des camé­ras de sur­veillance, de la bio­mé­trie, de la publi­cité inte­rac­tive. Pen­sons au mar­ché des logi­ciels qui per­met­tent, par exem­ple, de relier bio­mé­trie et Sco­net [5]. En atten­dant le fichage géné­ra­lisé de l’ADN dès la nais­sance (qui existe en Islande je crois) et les puces sous-cuta­nées qu’on a tort d’impo­ser au bétail (au-delà du dan­ger pour la santé) car ce qui est bon pour les bêtes le sera un jour pour nous aussi. Rien de tel pour déve­lop­per le mar­ché du tout sécu­ri­taire que d’habi­tuer la jeu­nesse en bana­li­sant de tels outils sur les lieux mêmes de l’édu­ca­tion, per­ver­sité suprême à laquelle par­ti­cipe plei­ne­ment Base Élè­ves.

Comme l’écrit Jean-Claude Rou­lin [6], du CNRBE, « la sur­veillance de la popu­la­tion est con­sub­stan­tielle et indis­pen­sa­ble au libé­ra­lisme éco­no­mi­que ».

La péda­go­gie de la trans­mis­sion va de pair avec le codage binaire des résul­tats des élè­ves, méthode pré­ten­du­ment scien­ti­fi­que et objec­tive. Nous, édu­ca­teurs péda­go­gues, con­nais­sons les con­sé­quen­ces ter­ri­bles de cette péda­go­gie sté­ri­li­sante, for­mant des sujets doci­les et indi­vi­dua­lis­tes. Mais la rapi­dité et l’enthou­siasme avec les­quels les édi­teurs ont anti­cipé les nou­veaux pro­gram­mes Dar­cos (eux-mêmes dic­tés par des lob­bies obs­curs voire obs­cu­ran­tis­tes) en disent long sur les pers­pec­ti­ves du mar­ché du gavage des oies. Déjà des outils d’aide per­son­na­li­sée voient le jour. L’enton­noir sera offert pour toute com­mande de manuels « à l’ancienne » ? La nature ayant hor­reur du vide, la sup­pres­sion des RASED [7] fait de la place au mar­ché privé de l’aide aux élè­ves en dif­fi­cul­tés, qui le seront encore plus avec la péda­go­gie fron­tale. Tout ceci est cohé­rent.

La péda­go­gie que nous pra­ti­quons, celle de l’épa­nouis­se­ment, de la créa­ti­vité, de l’éman­ci­pa­tion et de la soli­da­rité, est une entrave au libé­ra­lisme, du point de vue intel­lec­tuel comme du point de vue éco­no­mi­que. N’oublions pas que l’Union Euro­péenne s’est donné comme objec­tif d’ouvrir un grand mar­ché de l’édu­ca­tion, en pri­va­ti­sant au maxi­mum les éco­les et en déve­lop­pant les « outils édu­ca­tifs » du futur, ceux du MEDEF. Un ordi­na­teur et des bat­te­ries d’exer­ci­ces abê­tis­sants à con­som­mer, voilà les pers­pec­ti­ves de for­ma­tion du 21ème siè­cle. L’ensei­gnant con­trô­lera le bon fonc­tion­ne­ment des machi­nes et le bon enre­gis­tre­ment des résul­tats. C’est là que l’on retrouve la néces­sité du fichage des élè­ves… pour faire des éco­no­mies, pour pro­gram­mer des bat­te­ries d’exer­ci­ces per­son­na­li­sés « scien­ti­fi­que­ment » et pour ren­dre cadu­que des décen­nies de recher­che et de pro­grès péda­go­gi­ques. Au lieu d’édu­quer nos élè­ves à se méfier des piè­ges d’inter­net et notam­ment de l’auto­fi­chage, nous les for­ma­tons à l’accep­ta­tion de Big Bro­ther.

Le déve­lop­pe­ment du mar­ché de l’édu­ca­tion va de pair avec la réduc­tion de la dépense publi­que (LOLF [8], RGPP [9]). Grâce à la trans­mis­sion ver­ti­cale des savoirs, à l’outil infor­ma­ti­que, au fichage et à la tra­ça­bi­lité des élè­ves, plus besoin d’un ensei­gnant pour une ving­taine d’élè­ves (rêvons). Il suf­fira d’un pour qua­rante ou cin­quante ; le télé­tra­vail pour­rait éga­le­ment per­met­tre, avec la rota­tion des clas­ses, de limi­ter le nom­bre de sal­les néces­sai­res. D’où l’inté­rêt des EPEP [10], pour ren­for­cer le poids de la hié­rar­chie et son pilo­tage de proxi­mité, pour se doter à une plus grande échelle de plus gran­des sal­les, de parcs infor­ma­ti­ques plus per­for­mants tout en rédui­sant le nom­bre de clas­ses et d’ensei­gnants, tout en ano­ny­mi­sant l’ensei­gne­ment dans des éco­les-usi­nes éloi­gnées de la vie des quar­tiers ou des vil­la­ges. Le poids des élus dans les CA des EPEP n’est pas sans lien avec le souci de dépos­ses­sion impo­sée aux péda­go­gues de la péda­go­gie. Pro­jets et par­te­nai­res pri­vés iront de pair avec fichage et tra­ça­bi­lité.
Base-Élè­ves est tout à fait utile pour avan­cer à grand pas vers le sta­tut de chef d’éta­blis­se­ment du 1er degré (EPEP), les direc­teurs étant seuls habi­li­tés à ficher les élè­ves, à pos­sé­der la clé OTP, même dans leur vie pri­vée, les direc­teurs étant seuls expo­sés en cas de résis­tance…

Base-Élè­ves est donc un excel­lent outil pour faire dis­pa­raî­tre la dimen­sion humaine de l’Édu­ca­tion. Tout devient élé­ment d’un dis­po­si­tif sécu­ri­taire, éco­no­mi­que et poli­ti­que. Base-Élè­ves est indis­pen­sa­ble à la société déshu­ma­ni­sée de la com­pé­ti­tion capi­ta­liste exa­cer­bée.

C’est aussi pour cela que nous ne l’accep­tons pas.

C. D.

Lire aussi un précédent article du 17 février sur La recherche de personnes par base élèves.

D’autres informations sur la lutte contre Base élèves dans l’Isère

——

  1. Mem­bre du CNRBE, il fait partie des 190 refuzniks qui refusent de renseigner ce fichier
  2. NDLR : Ins­pec­tion aca­dé­mi­que.
  3. NDLR : On lira avec pro­fit l’excel­lent arti­cle de Sté­pha­nie Pou­get, militante de la LDH.
  4. NDLR : OTP pour « One Time Pass­word ». Mot de passe à usage uni­que ; tech­no­lo­gie mise en œuvre basée sur une clé géné­rant des codes aléa­toi­res à une fré­quence régu­lière, dont la com­bi­nai­son avec un code PIN abou­tit au mot de passe que l’uti­li­sa­teur sai­sit lors de son authen­ti­fi­ca­tion.
  5. NDLR : Fichier infor­ma­ti­que pour le second degré.
  6. NDLR : Dans le cadre d’un échange de cour­rier sur la liste de dis­cus­sion du CNRBE.
  7. NDLR : Réseau d’aide et de sou­tien aux élè­ves en dif­fi­culté.
  8. NDLR : Loi orga­ni­que rela­tive aux lois de finan­ces.
  9. NDLR : Révi­sion géné­rale des poli­ti­ques publi­ques
  10. NDLR : Éta­blis­se­ments publics d’ensei­gne­ment pri­maire.